P1140618

Je suis AESH, accompagnante d'élève en situation de handicap. Mon job, c'est d'aider les enfants en situation de handicap à suivre le cursus classique à l'école parmi des enfants en situation de validité.

On va dire que je prends trop les choses à coeur, mais c'est justement parce que je fais les choses avec coeur que les enfants se sentent bien . 

C'est ma priorité. Etre disponible pour l'enfant. Avant d'être disponible à lui faire rentrer des choses dans son esprit, être disponible pour lui, instaurer une relation de confiance. Pas pour lui enseigner en toute confiance à l'insu de son plein gré, mais pour lui apprendre à distinguer les bêtises qu'on veut lui mettre dans le crâne et ce qui est juste pour lui. 

Combien d'enfants ont ouvert leur esprit à ces bêtises comme on ouvre la bouche devant un morceau de viande avant de comprendre que la viande a été un animal qui a souffert , que finalement ce n'est peut être pas si juste de se nourrir de la mort d'un être sentient ? Combien ?

J'utilise l'exemple du végétarisme à bon escient, il s'agit d'une dissonance cognitive.

On mange des animaux en sachant qu'ils ont souffert, on se sent un peu mal à l'aise, on a des douleurs, on n'a pas une très bonne santé, un cholestérol alarmant, des crises d'angoisse, du stress, mais on continue.

On apprend des choses qui formatent notre esprit, on se sent un peu frustré, notre créativité est bridée, on est agité, on a du mal à se concentrer, mais on a 4 ans, on continue.

Continuer en sentant que ce n'est pas juste, c'est de la dissonance cognitive.

L'Aesh est un individu sensible, sensitif, intuitif. La plupart du temps sans formation, il jongle avec ses perceptions, il ressent l'enfant, ce qui lui fait du bien, ce qui l'aide dans sa relation avec les autres, dans ses apprentissages.

C'est du subtil un Aesh. On en prend soin d'un Aesh. On le bichonne. On lui donne de l'amour à un Aesh. 

Mais qui répond à ses besoins ? Le système éducation nationale qui lui fait des contrats aidés pour 24 mois, prolongés par des CDD d'un an renouvelables pendant 5 ans, et lui propose un CDI au bout de 7 ans d'exercice ? 7 ANS ? Même à temps partiel, dans quel monde on propose un emploi stable à un salarié au bout de 7 ANS ?

Après 7 ans au Tibet, 7 ans en précarité ! 

Alors, qui répond à ses besoins ? Les enfants. 

Les lois naturelles de l'Aesh, Céline Alvarez, je vous propose d'écrire le tome II de votre premier livre, les lois naturelles de l'enfant :)