Oui vous avez bien lu, 2 grippes dans la même année civile. Nous sommes le 12 novembre et je sors de ma deuxième grippe de l'année civile. La première c'était en mars. Des grippes avérées, diagnostiquée par prélèvement pour la première, par les symptômes pour celle-ci. Des vraies, pas des états grippaux. 37 ans sans en avoir ( je regarde l'heure pour savoir quel âge j'ai ça va mieux )

J'ai eu 2 grippes cette année car le processus a été pollué en mars. En effet, la grippe permet une grosse détoxification, un nettoyage, elle est une étape pour passer à autre chose, un autre niveau. Vous me direz, j'ai peut être évolué de 2 level cette année ! Si celle de mars s'était bien passée, c'est ce que je penserai. La grippe permet aussi aux virus de passer à un autre stade d'évolution dans notre corps. On les aide à passer à un autre stade de la vie incarnée. Ils m'aiment bien. Je suis un bon terrain de réincarnation il semblerait. 

Celle de mars. Forte fièvre, douleurs, toux, symptômes non alarmants. Mais aussi fortes douleurs au dos et région pelvienne. Mon homéopathe ne peut pas me toucher, elle stresse et me dit de me faire hospitaliser. Bon. Je vais aux urgences. J'attends une heure et je me dis que ce n'est qu'une grippe et que je ferai mieux de rentrer. L'aide-soignant me le déconseille fermement vu mon état. Bon. Je reste. J'attends environ 7 heures sur une chaise, des maux de dos terribles. Il est 4 heures du matin, je m'allonge par terre, je n'en peux plus. L'aide-soignant vient me dire que j'aurais dû lui demander un lit. Ah. Bon. Lit, perfusion, pourquoi faire, au cas où il faut opérer, j'ai faim, j'ai soif, on peut rien vous donner. Bon.

Je suis restée 2 jours aux urgences, en pleurant pour recevoir une compote et une assiette de pâtes, ils ne pouvaient pas me nourrir tant qu'ils ne savaient pas s'il fallait opérer ou non. Au bout de 2 jours j'ai exigé le prélèvement de la grippe ( qui n'avait pas encore été fait alors que j'avais dit en arrivant que j'avais la grippe ), on a attendu quelques heures et il s'est avéré que j'avais la grippe. 

Les douleurs au dos et pelvienne ? Car j'avais mon cycle et les douleurs étaient exagérées par la fièvre. 

Ca aurait pû s'arrêter là, je rentre, merci, bonne journée sauf que...ils continuaient de suspecter une infection gynécologique donc j'ai été mise sous traitement de fluoroquinolones

L'horreur

Confusion mentale, goût étrange dans la bouche, brûlures d'estomac, pas d'appétit donc pas de reprise de force, des idées morbides, des cauchemars comme jamais, un état général très affaibli, perte de 3 kilos en une semaine. Traitement de 15 jours prévu, au bout de 7 jours je me décide à arrêter. Je me fais engueuler par l'équipe médicale. Si j'arrête ce sera pire après. Je décide de me faire confiance, je n'ai pas d'infection gynécologique mais une grippe et des règles douloureuses. J'arrête contre les avis. Je vais mieux je récupère des forces tranquillement. Quelques semaines plus tard j'ai fait une tendinite au tendon d'achille gauche. Classique avec les quinolones. N'en prenez pas ! 

Voilà l'exemple typique de prendre la maladie comme une guerre. Guerre contre le virus, guerre pour rechercher les causes, guerre contre les avis médicaux et imposition de mes ressentis. 

Imaginez dans quel état j'étais. Tous les niveaux de mon être ont été touchés. Même l'affectif quand ton amie t'engueule parce que t'es même pas capable de lui faire un sourire..............

Une grippe perturbée. Du coup en faire une deuxième dans la même année n'est pas très étonnant. Le processus a été contrôlé par l'homme et complètement biaisé en mars. Au lieu d'être dans mes ressentis et de laisser faire les choses, j'ai réagi en peur et faiblesse. 

Ma grippe de novembre est bien plus agréable. Elle a fait mal aussi, mais elle ne m'a pas angoissée, je l'ai laissée faire son petit bonhomme de chemin, elle m'a fait perdre un petit kilo superflu, elle m'a fait transpirer, pleurer, plein de toxines sont sorties. Elle m'a aussi fait beaucoup pisser, le médecin pensait à une infection urinaire ( fonctionnement classique de la médecine conventionnelle ) Elle m'a fait faire le test illico et il s'est avéré qu'il n'y avait rien. L'urine est juste un autre moyen d'évacuer des toxines. 

Cette grippe se termine par une angine blanche. Elle a commencé par des maux de jambes, puis des douleurs pelviennes, des douleurs du bas du dos, ensuite la toux et la fièvre.

De la terre au ciel. De l'action à la parole. De la parole à l'action. Tout est nettoyé un nouveau cycle reprend. 

Ecouter son corps et faire confiance en ses ressentis ! Bonne santé !