IMG_20160313_105924

IMG_20160313_103954

IMG_20160313_103921

M'envie me titillait depuis un moment, attendre que le temps soit propice, attendre de ne plus être malade, attendre, attendre...Et puis un matin ensoleillé, une humeur déprimée, c'est le moment ou jamais, pourquoi encore remettre à un autre jour, l'esprit pollué par plein de bêtises, des pensées qui tournent en boucle et qui creusent leur trou en tentant de percer mon âme. Non ! 

Je choisis une tenue chaude et confortable, une couleur que j'adore, je prends mon vélo et je pars. Le long du canal. Respirer la nature. Faire la course avec un canard. Il a gagné. De toute façon il n'est pas encombré par des concepts le canard, il existe simplement, donc il est gagnant même si je franchis la ligne d'arrivée avant lui. Je ris. 

Les pensées s'éloignent comme les kilomètres défilent. Je croise des gens. Ils n'ont pas dû aller encore assez loin ; ils courent, ils discutent, je n'ai pas envie de les entendre, je n'ai pas envie de porter de jugement, je ne veux pas de pensée de concept inutile au bien être, alors je crie. Je ne les entends plus et je reste centrée. Je me fiche de leurs réactions, est-ce qu'ils demandent à la nature si ça lui fait du bien de les entendre parler de leurs soucis ? Est-ce qu'ils se demandent tout bonnement à eux-mêmes si c'est bon de continuer à nourrir des idées mentales à parler des soucis durant un effort physique ? Est-ce qu'ils sont dans le juste ? Ils vivent comme ils ont envie, et je vis comme j'ai envie. 

Je suis bien, parmi les éléments qui ne réfléchissent que la lumière, je savoure, je sens des blocages sauter dans mon énergie subtile. Je suis rouillée, vivre ce moment dans la nature m'assouplit le corps et l'esprit.

Je ne le fais pas plus souvent parce que je me laisse piéger par la frénésie de la ville, ah quelle idiotie. 

AAAAAAAAAAAAAAAAAAHHHHHHHHHHHHHHHHHHH CA FAIT DU BIEN !