je-craque-au-secours-je-fais-quoi

 

2015. 35 ans.

Forte d'une formation en 2012 et d'une expérience en tant qu'auxiliaire de vie sociale ( aide à domicile ) ,j'ai repassé mon bac en 2014 en cours du soir. Le DAEU A. Mention assez bien. J'ai continué à exercer mon métier d'aide à domicile pendant ce temps. 

Fin 2014 je suis convoquée au pôle emploi pour faire le point, mon projet est de faire un BTS économie sociale et familiale. 3000 euros l'année. En 2 années. La conseillère me propose un contrat aidé CAE-CUI d'auxiliaire scolaire, faute d'aide au financement de la formation. Utiliser cette expérience en contrat aidé de tremplin vers le BTS. 670 euros nets par mois pour un contrat de 18 mois. J'hésite...mon projet idéal, équithérapeute pour les enfants en situation de handicap. Je finis par accepter, de toute façon je n'ai plus tellement le choix, je me lasse déjà du métier d'aide à domicile et je ne travaille pas avec des enfants, je suis loin de mon rêve. J'aime le métier, mais je suis lassée et je n'y vois pas d'avenir. 

Je prends donc mes fonctions d'auxiliaire de vie scolaire le 1er mars. Je m'occupe d'une élève autiste qui ne parle pas, et d'un élève TSA TDAH. Je suis la 5 ème AVS de l'année pour ces élèves, les autres n'ont pas tenu le coup. 

Je n'ai pas de formation. Les formations commenceront l'année prochaine, à raison de 60 heures sur l'année scolaire. Je peux également bénéficier de 60 heures de formation pour mon projet personnel, formations limitées à la bureautique, à la comptabilité, au bilan de compétences. 

Au début c'est le goût du défi et de la nouveauté. Peu de consignes, peu d'accompagnement, peu de conseils. Je me rends compte rapidement que je vais au casse pipe...

Juin 2015, les relations avec un élève se dégradent. Un accident de travail suite à une morsure. Je fais appel à l'inspection, car le directeur ne sait que me dire " c'est pas le dernier coup que tu prendras " On n'analyse pas ma pratique professionnelle. Je lui demande si ce que je fais est adapté, il me répond que non. Pour autant il ne m'aide pas à prendre conscience de mes erreurs pour me permettre de progresser, si ce n'est par un discours vague " faut pas faire comme ça blah blah blah "oui, mais faut faire comment alors ? " A toi de savoir quelle relation tu veux construire avec l'élève " Parce que oui, il tient depuis le début à ce qu'on se tutoie. Soit. Comprenant que je ne dois rien attendre de lui ( ceci dit il est très sympa quand j'ai besoin de m'absenter pour des rendez vous ou autre ) je demande conseil à un autre AVS, qui me donne de très nombreux conseils pratiques sur la gestion de l'élève.

La mise en pratique n'est pas évidente, l'élève ne respectant que les personnes dotées d'un charisme fort, et moi, je suis une crevette hyper sensible. Je l'ai toujours été, à l'entretien d'embauche j'ai failli pleurer quand ils m'ont posé une question ! 

Une semaine plus tard, un 2ème accident de travail pour un coup de pied sur la rotule. Toujours pas de nouvelles de l'inspection. Le directeur me dit qu'il va les contacter pour demander un changement d'affectation, parce que " bon les supers conseils de l'AVS hein...." hyper piqué le directeur bah oui mais bon au moins y'en a un qui m'aide. 

Je suis allée à pole emploi demander des formations sur la gestion d'un élève difficile, je demande des formations sur la communication avec les enfants autistes par le biais des pictogrammes, rien. Pas de réponse de la part de l'inspection, et le pôle emploi qui me renvoie dans mes buts " vous saviez que vous n'auriez pas ces formations en signant votre contrat ! " Oui, mais je ne savais pas que j'aurais 2 élèves de ce niveau à gérer. 

Je ne veux pas changer d'élèves, je veux des formations, des outils pour m'aider dans l'exercice de mes fonctions. De l'écoute, du soutien. Je veux plein de choses ! 

Là, je suis en situation d'échec, "agressée" 2 fois, sans formation sur la gestion des risques.

Changer d'affectation ça veut dire d'autres AVS l'année prochaine pour ces élèves, alors que j'ai commencé à instaurer une relation, pas forcément idéale soit, mais je garde l'espoir ( malgré une estime de moi très atteinte d'autant qu'elle était déjà pas bien haute ! ) que je peux trouver une façon de les aider, que les choses peuvent changer pour ces élèves si nos attitudes changent. 

Mais pour ça, j'ai besoin d'aide, et là, je ne sais plus vers qui me tourner.

Sans doute vers moi même, le fait est que je prends tous mes boulots à coeur et que ça a très souvent dérangé.

Et vous vos expériences d'AVS, ou de gestion de cas difficiles, en êtes vous sortis vainqueurs ? Racontez moi...